chimio.jpg

Question 1 :

QU’EST-CE QUE LA CHIMIOTHÉRAPIE ?

La chimiothérapie est une méthode de traitement utilisant des substances chimiques (d’où le nom de chimiothérapie) dont le but est de détruire les cellules d’une tumeur et celles qui auraient essaimé à distance. Elle est administrée soit par voie intraveineuse directement dans une veine du bras avant chaque séance ou à travers une chambre implantable (port-à-cath), soit par voie orale (par la bouche) avec des indications assez limitées. Le choix des médicaments est lié à votre pathologie. La dose à délivrer est fonction de votre taille, de votre poids, de votre état général et de vos antécédents médicaux. Ce traitement est administré généralement en hospitalisation de jour (en externe) selon des protocoles qui comportent des phases de cure et de repos. On appelle cela une chimiothérapie ambulatoire. La question de l’hospitalisation ne se pose qu’en l’absence de chambre implantable, ou lorsque le patient est fatigué ou qu’il habite trop loin d’un centre pour faire un aller retour dans la journée

Question 3 :

Quelles sont les précautions à prendre

  • Il faut être attentif aux effets secondaires qui ont suivi une cure précédente et les signaler à votre médecin oncologue afin qu’il adapte les doses de chimiothérapie et qu’il prescrive les traitements éventuellement nécessaires pour prévenir ou traiter ces effets secondaires
  • Il faut surtout être attentifs aux possibles complications hématologiques (NFS à J10) # et surveiller quotidiennement votre température pendant l’inter-cure (fièvre#)
  • Il est important de surveiller également le poids, les doses de médicaments en dépendant en partie
  • Si vous prenez des médicaments, signalez-le afin d’éviter certaines interaction
  • Suivre un régime alimentaire sain
  • Faire de l’exercice physique dès que votre état le permet

Les médicaments utilisés en chimiothérapie

Nous disposons pour lutter contre le cancer de plusieurs types de médicaments :

  • Les antimitotiques, les plus couramment utilisés,
  • L’hormonothérapie qui se donne le plus souvent par voie orale parfois par voie injectable (IM ou sous cutané)
  • Elle est utilisée uniquement dans certains cancers dits hormono-sensibles comme par exemple le cancer du sein, cancer de la prostate, cancer de la thyroïde. Leur indication est posée après étude de votre dossier médical
  • Les biothérapies ou thérapies ciblées
  • Les progrès de la biologie moléculaire ont permis de découvrir des cibles au niveau de la cellule tumorale que l’on peut atteindre avec des thérapeutiques ciblées :
  • Il existe deux classes de thérapeutiques ciblées
  • Les anticorps monoclonaux qui s’administrent par voie intraveineuse et sont souvent associés à la chimiothérapie Les petites molécules appelées les inhibiteurs de tyrosine kinase ou TKI qui se donnent par voie orale
  • Elles sont actuellement largement utilisées dans de nombreux cancers en particulier dans les stades localement évolués et métastatiques
  • Leur indication est posée qu’après étude de votre dossier sur la base de données anatomopathologique, immuno-histochimique et de la biologie moléculaire spécifique de chaque tumeur
  • Immunothérapie : constitue un autre progrès thérapeutique majeur récent des cancers validé depuis 2015 dans certaines pathologies cancéreuses en stade métastatique tels que le mélanome malin Métastique, cancers bronchiques non à petites cellules, cancer du rein Métastique, cancer ORL

Question 2 :

Qu’est ce qu’une chambre implantable ?

 La chambre implantable se compose d’une membrane épaisse recouvrant un petit réservoir relié à un fin tuyau (cathéter). (photo)

  • C’est un dispositif qu’on place sous la peau, après anesthésie locale, après une incision de quelques centimètres au-dessous de la clavicule et qu’on relie à une grosse veine centrale.
  • Elle est mise en place pour toute la durée de votre traitement
  • A chaque cure, l’infirmière pique la membrane pour perfuser le traitement ; cet acte est totalement indolore.
Avantages

1. Elle évite d’avoir à piquer une veine à chaque séance, surtout lorsque les veines du bras sont de petit calibre.
2. Elle permet de perfuser, en toute sécurité les traitements de façon prolongée.
3. Elle évite l’effet toxique du produit sur les veines ou sur les parties molles en cas d’extravasation (produit diffusé à l’extérieur de la veine par faute de ponction).

Risques

Ils sont rares et bien contrôlés : 

  • Une thrombose veineuse (obstruction d’une veine par un caillot) qui nécessite la prescription temporaire d’anticoagulant pour dissoudre le caillot
  • Une infection nécessitant la prise d’antibiotiques et parfois le retrait de la chambre
  • Une obstruction du cathéter obligeant à le désobstruer par des injections ou à changer la chambre
    La cure de chimiothérapie
    Une cure est constituée d’une séance de perfusion de produits anti-cancer pendant un à plusieurs jours consécutifs séparés par une période d’une à quatre semaines appelée inter-cure. Chaque séance peut durer entre 10mn et 6h en fonction du protocole choisi et les cures s’étaler sur 4 à 6 mois. Dans certains cas, la chimiothérapie s’étend sur une plus longue période ; plusieurs protocoles peuvent en effet se succéder, en fonction de la réponse au traitement. 
  • Avant chaque séance,
  • Vous aurez à faire un Formule Numération Sanguine (FNS) et à envoyer les résultats par fax ou par mail. On s’assurera ainsi que la numération des globules blancs et des plaquettes permettent d’administrer le traitement sans risque
  • Immédiatement avant la séance, vous rencontrerez un médecin en consultation qui va apprécier votre capacité à supporter le traitement
  • Il est préférable de venir accompagné et de ne pas conduire, le traitement pouvant être éprouvant parfois
  • Vous n’avez pas besoin d’être à jeun pour la chimiothérapie.
Pendant la séance 
  • Le jour de la cure, vous serez installé dans un fauteuil confortable, Les perfusions sont administrées par voie veineuse ou à travers votre chambre implantable les infirmières piquent à travers la peau directement dans le «boîtier» grâce à une aiguille spéciale de HUBER pour administrer la chimiothérapie.(photo)
  • Elle pose alors la perfusion. Une tubulure relie des poches contenant les médicaments jusqu’à cette aiguille spéciale
  • La durée de la perfusion dépend du protocole utilisé. Elle varie de 10mn à plusieurs heures. 
  • Il faut savoir que depuis quelques années, des produits très efficaces permettent d’atténuer les effets indésirables # ou de les supprimer. Ces traitements vous seront administrés systématiquement par voie veineuse pendant la chimiothérapie.
    Après la séance
  • Une fois, la cure terminée, une ordonnance prescrivant les médicaments à prendre durant l’inter cure pour éviter ou traiter certains effets secondaires attendus ( traitements de support), d’une carte de RDV avec l’ensemble du planning des cures, le bilan biologique à faire pendant l’intercure (en général une NFS)
  • Un CRM sera adressé à votre médecin pour un éventuel suivi pendant l’intercure
    Quels sont les effets indésirables ? ● Selon le type de chimiothérapie, les effets indésirables sont différents.
  • digestifs : nausées, vomissement, diarrhées, mucites ( aphtes dans la bouche) ,
  • hématologiques : diminution des globules rouges (anémie,) diminution des globules blanc (leucopénie), ou des plaquettes (thrombopénie).
  • Fatigue : la chimiothérapie entraine souvent de la fatigue dans les jours suivant la perfusion,
  • Une chute de cheveux transitoire : vos cheveux repousseront dès l’arrêt du traitement. 
    Tous ces effets secondaires ne sont pas constants, certains n’en subissent aucun, d’autres peu. Ces effets indésirables seront gérés soit par votre médecin traitant à proximité de votre domicile ou votre oncologue.

Ville nouvelle de Sidi Abdellah, route de Sidi Bennour.
16093 MAHELMA ALGER

Tél.: +213 560 213 820 | +213 560 218 074 | +213 560 213 696 | +213 661 188 333 | Fax: +213 23 782 222
©2020 Your Company. All Rights Reserved. Designed By JoomShaper